NAO 2017 : DES MIETTES POUR LES SALARIES ET LE GATEAU POUR LES ACTIONNAIRES !

Accord salarial Orange 2017 Injuste et déloyal ! Pourtant la CFDT et FO  ont signé un accord ou il n’y a quasiment rien pour nos salaires !

Les négociations sur l’accord salarial 2017 à Orange viennent de prendre fin. Alors que l’entreprise vient d’engranger plus de 3 milliards de bénéfices, fruit du seul travail des salariés, elle fait le choix de privilégier les actionnaires. Cet accord est injuste, il ne permet pas de redistribuer les richesses créées par le travail. Les salariés d’Orange méritent un plus grand respect et une réelle reconnaissance ! La CGT FAPT n’a pas signé cet accord. Cet accord salarial de 2017 est totalement injuste. Alors que l’ensemble des salariés d’Orange attendait des mesures à la hauteur de leur investissement, les proposition de la direction sont très largement insuffisantes. Orange réalise plus de 3,4 milliards de bénéfices, augmente le
dividende de 8% pour les actionnaires et verse un bonus supérieur à 22 000 € pour les cadres dirigeants !
Et pour les salariés ? Pas grand chose, seulement 1,1% d’augmentation en moyenne. C’est bien le signe
d’un réel mépris de la direction envers ceux qui créent les richesses de l’entreprise par leur travail ! La CGT FAPT ne peut accepter cette situation, c’est pourquoi elle n’a pas signé cet accord. Les salariés méritent mieux que des miettes ! Une négociation déloyale Le 28 mars 2017, l’ensemble des organisations syndicales (OS) avait fait un front commun entraînant la suspension des négociations, afin que l’entreprise revoie sa copie. La direction s’y est refusée estimant avoir fait le maximum d’efforts pour les salariés. Coup
de théâtre, 72h avant la séance de signature, elle est revenue vers les OS par mail afin de proposer 25 € brut annuel (soit 2,08 € brut/mois) en plus de sa proposition initiale pour la mesure collective pour les
salariés de droit privé non cadre. Bref, des miettes, encore des miettes ! Dommage que des syndicats (CFDT et FO) acceptent l’inacceptable et, encore une fois, jouent le jeu de l’entreprise, alors même que le
pouvoir d’achat des salariés est en baisse (-10% pour l’intéressement/la participation). En maintenant
notre front commun, avec l’appui des salariés, nous aurions pu obtenir des mesures plus conséquentes.
Les 3,2 milliards d’€ de bénéfices, fruit du travail des salariés, doivent servir à répondre aux besoins exprimés par les salariés en matières d’emploi, de reconnaissance et de rémunération. L’argent existe, la direction doit répartir autrement les richesses. Encore une fois ce n’est qu’une question de choix !
Récapitulatif des mesures :
Mesures collectives (brutes annuelles) :
● Salarié de droit privé non cadre : 300 €
● Fonctionnaire non cadre : 60 €
● Minima complément salarial cadre fonctionnaire :
relèvement minimum de 35 € brut annuel
Mesures managériales individuelles :
● Cadre : 1,1% avec 325 € minimum pour tous
Mesures égalité pro :
0,1% pour la promotion des salariées
Mesures d’ajustement salarial : rien
Mesures premiers niveaux de salaires :
● 100 € brut annuel pour les non cadres dont le
salaire est < à 28 500 €
● 200 € brut annuel pour les cadres dont le salaire
est < à 34 500€
● 100 € brut annuel pour les cadres dont le salaire
est entre 34 500 et 39 500 €
Mesures début de carrière des salariés dont l’âge
est inférieur ou égal à 29 ans et avec une
ancienneté inférieure ou égale à 4 ans :
● 1% pour les non cadres
● 2% pour les cadres
8% d’augmentation pour les actionnaires,
1,1% pour les salariés en moyenne
Ensemble exigeons :
● Des augmentations collectives à minima à 8%,
augmentation octroyée aux actionnaires,
● Des mesures corrigeant réellement les
inégalités salariales entre les femmes et les
hommes,
● La revalorisation de toutes les grilles indiciaires
et salariales sur la base d’un smic à 1 800 €
bruts et pour les cadre sur la base du plafond
de la sécu (3 269 € brut mensuel),
● La mise en place d’un 13ème mois,
● La reconnaissance des qualifications,
● La revalorisation du complément Orange pour
les fonctionnaires.